Back issues

Volume 16, Issue 4, 15 October 2010

Volume 16, Issue 4 – 15 October 2010

 

 

 Full Text | PDF (2 MB)

 

Luke Tornabene, Carole Baldwin, Lee A. Weigt and Frank Pezold: Exploring the diversity of western Atlantic Bathygobius (Teleostei: Gobiidae) with cytochrome c oxidase-I, with descriptions of two new species, pp. 141-170

Résumé
Le genre Bathygobius est habituellement représenté par trois espèces dans l’ouest atlantique (B. soporator, B. curacao et. B. mystacium) sur base de données morphologiques diagnostiques. Nos analyses à la fois génétiques et morphologiques montrent qu’il y a au moins six espèces de Bathygobius comprenant huit lignages dans l’ouest atlantique. Deux lignages sont identifié comme B. curacao et B. mystacium. Quatre lignages ont des caractères qui auraient conduit jadis à leur identification comme B. soporator. Deux d’entre eux sont indifférenciables morphologiquement et sont proposés ici, hypothétiquement, comme une seule espèce, B. soporator. Un troisième lignage de “B. soporator” est distinct et Gobius lacertus est rebaptiséBathygobius lacertus pour ce lignage. Le quatrième lignage “B. soporator“ est aussi distinct et décrit comme espèce nouvelle. Deux autres lignages génétiques étroitement apparentés sont morphologiquement indifférenciables et sont traités comme nouvelle espèce unique. Des redescriptions de B. soporator, B. mystacium et B. curacao sont fournies. Des commentaires sur l’identification de Bathygobius larvaires de Belize sont présentés.

Abstract | Full Text | PDF (568 KB)

Bathigobius-540

Bathygobius antilliensis, holotype, 46 mm SL, female, Hatillo, Puerto Rico, DNA #PR1313, AMNH 251650. A, longitudinal pattern of pigment on first dorsal fin; B, upper, complete row of 7-8 blotches, row terminating just anterior to basicaudal markings; C, lower, incomplete row of 3 (rarely 4) blotches row usually terminating anterior to origin of anal fin. Photo by R. Chabarria. Image editing by L. Tornabene.

 

Gerald R. Allen, Mark V. Erdmann and Alison M. Hamilton: Hoplolatilus randalli, a new species of sand tilefish (Pisces: Malacanthidae) from the tropical western Pacific with comments on the validity of H. luteus, pp. 171-186

 

Abstract

Hoplolatilus randalli n. sp. is described on the basis of 13 specimens, 46.7-158.2 mm SL, collected at the Banda Islands and West Papua in Indonesia, Luzon in northern Philippines, Palau and Yap in Micronesia, and the Solomon Islands. The species has previously been confused with H. fronticinctus Günther, a closely related species that is restricted to the Indian Ocean from eastern Africa to the East Andaman Sea. The two species can be distinguished by basic colour differences, particularly the predominately greenish colour of H. randalli n. sp. and mainly bluish hue of H. fronticinctus. They also differ in caudal fin lobe shape; both species have an emarginate caudal fin, but the posterior edge of each lobe is slightly convex in H. randalli n. sp. and straight in H. fronticinctus. In addition, H. randalli n. sp. has longer dorsal spines (last spine 2.5-3.0 vs. 3.5-4.1 in HL) and longer soft dorsal rays (longest ray 1.1-1.4 vs. 1.5-1.7 in HL). Genetic data are also provided that confirm its validity. Additionally, we include comprehensive evidence (morphological, genetic, and ontogenetic colour pattern differences) for the recognition of H. luteus, which was recently considered a junior synonym of H. fourmanoiri.

Abstract | Full Text | PDF (340 KB)

 Hoplolatilus-540

Underwater photographs of Hoplolatilus randalli n. sp. approximately 150 mm SL, Triton Bay, West Papua, Indonesia. Photos by G. R. Allen.

 

 

Tyson R. Roberts: Barbus sensitivus, a new species with extensive pitlines from the Sanaga River (Teleostei: Cyprinidae), pp. 187-196

Résumé
Barbus sensitivus n. sp., de la rivière Sanaga au Cameroun, Afrique occidentale, a un pédoncule caudal beaucoup plus mince que n’importe quel autre petit Barbus africain. Il a aussi des organites exposés largement répartis (organites de pitline) en pit lines sur la tête et les écailles, illustrés ici par micrographie électronique scannée. Des pit lines et des or­ga­nites de pitline similaires apparaissent avec évidence sur nombre d’autres Barbus de l’Ancien Monde, appartenant à des genre différents, en Afrique et en Asie, mais des études comparées adéquates, comprenant des observations SEM font défaut pour permettre leur comparaison et identification. Aucune des espèces décrites précédemment n’est vraiment semblable à cette nouvelle espèce. Les organites de pitline de B. sensitivus ont des neuromastes exposés ou libres. Leur mode de sensibilité est probablement mécanosensoriel. Extensivement répartis en larges pit lines sur la tête et le corps de B. sensitivus n. sp. adultes, ils sont analogues à des neuromastes de la ligne latérale chez les larves à un stade avancé de Cyprinus carpio, Gnathophogon elongatus caeru­le­scens et Danio rerio. Ils sont le plus concentrés sur la partie ventrale de la tête qui en compte près de 3.000, la plupart portant de 20 à 100 kinocíls longs de 7 microns au maximum et d’un diamètre de 0,4 micron. Des pit lines avec les organites plus petits et moins de kinocíls apparaissent en rangées sur les écailles du corps et sur la partie dorsale de la tête mais sont absentes des nageoires. Leur présence sur des B. sensitivus n. sp. adultes pourrait représenter une persistance néoténique. Au stade larvaire des  Gnathopogon elongatus caerulescens, elles facilitent la détection de fines proies planctoniques, comme les Artemia, quand le nour­rissage se passe sous des conditions lumineuses médiocres.

Abstract | Full Text | PDF (312 KB)

Barbus-540

Barbus sensitivus, 40.6 mm female holotype, Sanaga River at Belabo, Cameroon (CAS 95344). Specimen oriented obliquely in order to show the pit lines on the undersurface of the head and the genital pad to better effect. Photo by J. Fong

 

Michel Bariche: Champsodon vorax (Teleostei: Champsodontidae), a new alien fish in the Mediterranean, pp. 197-200

Résumé
Champsodon vorax, de l’Indo-Pacifique, a été signalé pour la première fois en Méditerranée, au large de la côte libanaise. Cette nouvelle espèce alien est sensée avoir établi une population le long du bassin levantin en Méditerranée orientale. Une description détaillée des spécimens méditerranéeens est fournie.

Abstract | Full Text | PDF (120 KB)

Champsodon-540

 

Champsodon vorax collected from Lebanon. 93.04 mm SL, AUBM OS3673

Previous post

Volume 16, Issue 3, 15 July 2010

Next post

Exploring the diversity of western Atlantic Bathygobius (Teleostei: Gobiidae) with cytochrome c oxidase-I, with descriptions of two new species

The Author

Aquapress

Aquapress

No Comment

Leave a reply